Accueil - Groupe de recherche sur l'intégration continentale (GRIC) Groupe de recherche sur l'intégration continentale (GRIC) Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
Accueil CEIM / Accueil GRIC / Projets spéciaux / Présentation

Présentation

Le projet Euromed (lancé à Barcelone en 1995) et le projet des Amériques (Miami, 1994) participent d’une nouvelle génération d’accords régionaux qui, en associant par le libre-échange des pays fort différents sur les plans économiques, politique et culturel, visent à établir des zones de prospérité partagée et des espaces régionaux de stabilité et de sécurité. Ces deux régionalismes ont une triple finalité (1) d’établir de nouveaux partenariats économiques associant libre-échange, réformes économiques et règles de gouvernance, (2) de renouveler les cadres de la coopération nord-sud en substituant aux accords préférentiels traditionnels des accords de libre-échange régionaux qui viennent sanctionner un accès élargi, sécuritaire et concurrentiel aux marchés des parties contractantes et (3) de mettre en place des mécanismes de coopération intergouvernementale pour traiter et résoudre les problèmes d’intérêt commun, notamment les nouvelles menaces à la sécurité (démographie, migrations, commerce illicite, terrorisme, etc.)

Trois raisons principales incitent à une étude comparatiste des deux projets. Premièrement, le partenariat qu’il s’agit de mettre en place repose, dans un cas comme dans l’autre, sur l’idée selon laquelle la prospérité économique doit passer par le libre-échange, les réformes économiques et l’adhésion aux valeurs de marché. En retour, cet engagement doit, en créant un environnement économique favorable à la concurrence et à l’investissement, non seulement contribuer au développement et réduire les écarts dans les niveaux de vie, mais également favoriser la paix et la stabilité politique et sociale et, ce faisant, créer des espaces régionaux de sécurité.

Deuxièmement, après plusieurs décennies d’incompréhension mutuelle et une fois constaté le cul-de-sac des stratégies de substitution aux importations, c’est un nouveau modèle de relations nord-sud qui se met en place par le truchement du libre-échange, un modèle qui combine, à l’échelle régionale, intégration compétitive et intégration en profondeur d’une part, adaptations structurelles et généralisation du principe de concurrence d’autre part.

Troisièmement, étant donné que la libéralisation des échanges de biens, services et capitaux augmente les pressions en faveur d’une liberté de circulation des personnes, les deux projets économiques, bien que n’abordant pas directement les questions migratoires, sont rattachés à des plans d’action comportant un volet migratoire destiné à permettre de coordonner tant le blocage des flux migratoires irréguliers que la maîtrise des flux de main d’oeuvre nécessaires à la croissance économique du nord.

Groupe de recherche sur l'intégration continentale (GRIC) gric @uqam.ca Retour en haut de la page
Université du Québec à Montréal (UQAM)            Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)            Fond de recherche sur la société et la culture | Québec            Ressources humaines et Développement des compétences Canada